Les meilleurs romans érotiques

La catégorie érotique couvre toutes sortes de livres, y compris les ouvrages de non-fiction et les fictions érotiques où le sexe est décrit explicitement sur la page. Il peut s’agir de relations sexuelles romantiques ou simplement de gratter une démangeaison. Cela peut être un fantasme ou un tabou. Il peut s’agir de personnes toxiques ou de vengeance sexuelle. Ou ça peut être juste du sexe. Une expérience, deux. Certains livres relatent des vies sexuelles tandis que d’autres se concentrent sur une intrigue.

L’application de rencontres populaire, snapcoquin.app, nous a aidés à créer cette liste en interrogeant leurs utilisateurs. Voici quelques-uns des livres érotiques les plus populaires.

Bared to You

Bared to You est une lecture très crue et passionnée. Gideon et Eva sont deux personnes farouchement indépendantes, avec de profondes cicatrices de traumatismes et d’abus pendant l’enfance. Ils sont entraînés dans une romance volatile et intense… dont aucun ne peut sortir indemne.

Mastering Her Senses

Mastering Her Senses suit Quinton et Cassie alors qu’ils naviguent pour transformer une relation BDSM décontractée en quelque chose de plus… L’objectif du roman est que Cassie surmonte son traumatisme dû à un effondrement au cours de son travail. Avec l’aide de Quinton et quelques scènes extrêmement érotiques, elle commence à surmonter sa peur du noir. Dans l’ensemble, j’ai vraiment apprécié cette histoire et mon seul reproche est que j’aurais aimé qu’elle soit plus longue !

Master of the Mountain

Master of the Mountain est la première romance érotique BDSM que j’aie jamais lue et toujours ma préférée. Cherise Sinclair est en tête de ma liste d’auteurs à lire absolument (de tout genre). Original, drôle, doux et parfois inconfortable ; ce livre vaut vraiment la peine.

Dark Lover

Dark Lover est le livre qui m’a amené dans le monde de la Black Dagger Brotherhood, et je l’ai vraiment adoré. C’est une nouvelle tournure de la culture vampire… C’est torride, engageant et rempli de personnages sur lesquels vous voulez en savoir plus

Nouvelle Année… nouvelles perspectives?

Nouvelle année donc…

J’ai choisi une vanité, pour vous souhaiter mes vœux.
Non pas cette vanité qui encombre parfois nos vies, mais celle relative à cette période en peinture que j’aime tant.

Histoire de me rappeler que chaque jour compte, et que le temps file !

Quant aux perspectives, vous aurez remarqué que je ne suis pas très présente sur mon site, ni sur Facebook.

Et ça continuer un moment, car je suis en train d’écrire, de rattraper un retard causé en partie par la procédure judiciaire engagée, il y a un an, par le Marché Saint Pierre.

Alors, pour l’instant, les perspectives concernent mon travail d’écrivain, avec plusieurs publications à venir. Mais je vous en parlerai en temps et en heure.

D’ici là, Un seul mot d’ordre (ou de désordre) : soyons beaux et brillants !

Enjoy 2011 !

Un été en compagnie de Marie-France de Vaise

Qui estMarie-France de Vaise?

Artiste dans l’âme, son coeur balance depuis toujours entre la danse et le dessin.

Professeur de salsa et de danses afrocaribéennes, entre deux cours Marie-France de Vaise s’adonne corps et âme à ses pastels, acryliques, collages et autres matières. Amoureuse de la vie, de l’esthétique, ses dessins et ses tableaux reflètent sa recherche de légèreté avec toujours une touche de glamour.

Marie-France de Vaise prend un malin plaisir à mêler les matières (papier, tissus, perles…) et à associer les techniques (crayon, pastel sec, peinture acrylique, peinture 3D…).

Artiste mixed media, en perpétuelle expérimentation, Marie-France de Vaise demeure centrée et concernée par la mise en valeur de la féminité et de la sensualité.

Les matériaux utilisés ont eux aussi quelque chose de trés sensuel au regard et au toucher…

Ses oeuvres reflètent son attachement à défendre des valeurs telles que la tolérance, l’acceptation de soi et de la différence – sexuelle, raciale, pour n’en citer que deux fondamentales. Marie-France de Vaise met en scène des situations qui n’hésitent pas à casser les clichés et les préjugés.

Des valeurs et une personnalité qui ne m’ont pas laissée indifférence, ni en tant que femme ni en tant que romancière. Un projet est né de ma rencontre avec Marie-France de Vaise : mettre en images et en mots la vie des femmes artistes métisses d’Afrique et d’Europe. Un projet sur lequel nous travaillons avec pour issue une future publication.

Car, soyons clairs, si nous sommes en 2010, on n’évoque que rarement, voire jamais, le parcours des femmes dans l’art, et encore moins des femmes métisses.
Nous connaissons Joséphine Baker, mais Celia Cruz, Darling Legitimus ou Erikah Badu ? Que savons-nous d’elles, de leur vie, de leur parcours ? Rien ou si peu de choses.

Il me semble qu’il est plus que temps de remédier à ce manque artistique, biographique et littéraire, ce que nous ferons en partie grâce à ce projet de collaboration avec Marie-France de Vaise qui fourmille d’idées.

Pour en savoir plus sur Marie-France de Vaise

Marie-France de Vaise, dessinatrice, artiste mixed media
Prof Salsa, Shine et fondatrice de l’association Fleur de Piment
, danses et arts afrocaribéens.

Délibéré du 19 novembre 2010… a beautiful day!

Communiqué de presse des Editions Parigramme

La 17e chambre correctionnelle de Paris vient de rendre son jugement dans l’affaire opposant le Marché Saint-Pierre aux éditions Parigramme et à Lalie Walker, auteur du roman Aux malheurs des dames.

En déboutant la partie civile qui réclamait deux millions d’euros et l’interdiction de l’ouvrage, en la condamnant à verser une indemnité à l’auteur et à l’éditeur et en soulignant le caractère abusif de la procédure, le Tribunal a montré l’inanité des prétentions des dirigeants du Marché Saint-Pierre.

Il a surtout affirmé son attachement à la liberté de la création littéraire, y compris lorsque cette dernière utilise des éléments de réalité dans le seul but de nourrir une œuvre de fiction.

La bonne foi de l’éditeur et de l’auteur, conjointement défendus par Maître Emmanuel Pierrat, a été pleinement reconnue.

Ce jugement conclut donc heureusement une affaire qui avait suscité une grande émotion en raison des menaces qu’elle laissait planer non seulement sur un auteur et son éditeur, mais plus généralement sur les prérogatives de l’écrivain aujourd’hui.

Autant l’avouer, je suis soulagée, heureuse même, et plus que satisfaite qu’en plus de la relaxe, pour mon éditeur et moi-même, la citation à comparaître du Marché Saint Pierre ait été reconnue abusive. Le tribunal a statué, le droit a été dit, je retourne écrire plus sereine.

Un GRAND MERCI à toutes celles et tous ceux qui durant ces dix mois ont témoigné de leur soutien. Je l’ai déjà dit et sans doute même redit : chaque message de soutien a compté.

Amitiés littéraires

Enjoy Freedom !

LW